J’ai d’autres soucis en tête

J’en ai un peu marre de lire ça et là que les chômeurs profitent du système.
Certains peut-être. Mais à vrai dire je m’en fous. J’ai d’autres soucis en tête.
Je pourrais vous brandir des statistiques ou des chiffres indiquant que la fraude fiscale c’est X fois plus que la fraude aux assedics, à la CAF ou que sais-je.
Je pourrais aussi dire que les patrons c’est rien que des fraudeurs.
Certains peut-être. Mais à vrai dire je m’en fous. J’ai d’autres soucis en tête.

J’ai 40 ans.
Et pour tout dire j’ai même oublié de les fêter, parce que oui j’ai d’autres soucis en tête.
Je n’ai pas l’impression de n’avoir rien fait dans la vie. J’ai fait des études, je remercie encore mes parents pour les sacrifices qu’ils ont faits en tant que « petites gens », de m’avoir permis d’avoir une maîtrise en droit des affaires.
Je remercie aussi mes potes qui faisaient de la musique pour m’avoir confié la gestion de leur site web. C’est comme ça que j’ai commencé à faire du développement informatique.

Je pourrais faire des remerciements pendant très longtemps, à ma femme, à ma fille, à ma fille à naître, etc. Mais j’ai d’autres soucis en tête.

Oui j’ai d’autres soucis en tête, parce qu’il paraît que je profite du système en tant que chômeur.
Il paraît que je pars deux mois en vacances ou aux Bahamas d’après certains députés dont je n’ai même pas l’envie ou le courage de retrouver les noms.

Sauf que non. J’ai d’autres soucis en tête.

J’ai connu comme beaucoup de gens des licenciements, plusieurs fois pour des motifs économiques (plus ou moins fondés…), j’ai signé des CDD, certains dans des boites sympas, d’autres moins (c’est la vie).

J’ai voulu me rapprocher de mon épouse enceinte plutôt que de vivre pendant la semaine à Paris et elle en Auvergne (pensée pour la boîte multi-millionnaire qui m’a refusé les remboursements de frais de transports, grande classe).

Ma femme a essayé en vain de me rejoindre en région parisienne.

Et puis je me suis levé tous les matins ou presque pour faire l’aller-retour quotidien Le Puy-Lyon en train. 3h aller. 3h retour. Départ 4h retour 20h. Heureusement je bossais avec des gens que j’adore. Tous. Vraiment. (Même si parfois on a pu avoir nos différends.)

Et puis une nouvelle fois, il y a eu des problèmes financiers, sérieux dans la boîte ou j’étais… du coup… ben j’ai envoyé des CV, j’ai essayé de faire jouer mon réseau. J’ai eu des espoirs. J’ai eu des fausses joies. J’ai même essayé de créer ma boîte.

Je dis essayé parce que franchement à 3 mois de toucher le RSA (si j’y ai droit…) je n’ai rien aujourd’hui, si ce n’est une famille aimante, et ça c’est très fort, plus fort que moi même.

Ce texte n’a même pas vocation à être chronologique. J’ai d’autres soucis en tête.

Comme je l’ai dit j’ai essayé de créer ma boîte. Au début à Pôle-Emploi, ils étaient enthousiastes. Un jeune (oui je me considère encore comme un jeune) qui veut créer sa boîte. YOUHOU !

J’avoue ne pas avoir compris pourquoi au début.
Ils m’ont parlé d’une formation en création d’entreprise et d’un suivi personnalisé. J’avais hâte.
La formation s’étalait sur 6 mois avec divers modules qui couvraient la comptabilité, la prospection, la gestion, etc.
Le suivi personnalisé c’était (et c’est toujours ?) un conseiller dédié à la création d’entreprise.
Que demande le peuple ?

Avec l’expérience je dirais : pas de mensonges.

La formation : j’ai appris 4 jours avant son début que je n’étais finalement pas retenu malgré les « engagements » pris depuis deux mois et le dossier que j’avais rempli et que ma place était assurée ( je ne fais que citer la personne qui m’a reçu ).
Quand j’ai essayé d’en savoir un peu plus auprès de l’organisme qui l’organisait on m’a dit de voir avec Pôle-emploi et devinez quoi, à Pôle-emploi on m’a dit de voir avec l’organisme qui l’organisait…
Je voulais simplement savoir ce qui clochait dans mon dossier.

Le suivi personnalisé : en 3 ans j’ai vu mon conseiller Pôle-Emploi une fois. Oui une fois.

Une fois où, 6 mois après une réunion, à la con (mais si t’y vas pas t’es radié), j’avais manifesté mon désir de créer ma structure, il m’engueulait (non il n’y a pas de guillemets à dessein) parce que mon statut de micro-entrepreneur n’était pas dans leurs dossiers et que je devais prendre contact avec la CCI.

30 minutes emballé c’est pesé. 30 minutes en 3 ans. Et comment je fais pour deviner ce que vous ne dîtes pas Captain Obvious ?

J’en reviens à la CCI.
La CCI. Ben en fait je ne connais que leur accueil. Personne chez eux ne m’a recontacté. J’y suis allé 3 fois. Je ne me rappelle plus des (très bons ?) motifs qui m’ont été donné, mais je n’y ai jamais rencontré personne (en dehors des personnes de l’accueil)

Du coup, j’ai tenté, une nouvelle fois (je suis têtu), d’envoyer une nouvelle salve de CV auprès des entreprises du coin dans le domaine du dev web (y a pas foule, et certains je les salue sur Facebook). Sans succès. (J’attends même une réponse à des mails depuis juillet 2017 pour une…)

Pour Pôle-emploi, j’étais du pain béni. Un chômeur (avec vaguement un projet que de toute façon personne ne comprend à l’agence du coin) qui voulait créer sa boîte. Du coup hop il est micro-entrepreneur il travaille 151h par mois et il compte pas vraiment dans les chiffres du chômage et surtout on n’en a rien à carrer.

J’ai trouvé des contrats. Certains foireux (non je ne ferai pas ton site en 4 jours parce que tu as le salon inter-sidéral de ta profession dans 5). Certains prometteurs, je pense à toi qui devais réaliser le rêve de ta vie et que le futur associé a laissé tomber. Mais tellement peu.

Et peu de temps avant ce Noël, je voulais faire un petit cadeau à ma fille. Un petit truc en plus, un petit rien. Un truc de papa quoi.

Mais je ne voyais pas de paiement de mes indemnités, en dépit de mon actualisation alors que le paiement intervenait le 4.
Mais bon le 20 j’ai décidé d’en savoir un peu plus.
Et je pense que j’ai découvert le top du top.

Vraiment.
Depuis plus de deux ans, en tant que micro-entrepreneur, j’envoie une déclaration où je déclare mes revenus liés à mon activité. Et tous les mois, j’envoie un document où je dis que j’ai bossé 151h dans le mois (je fais des MOOC, le dernier en date sur Symfony, je bricole des trucs sur mon pc pour tester telle ou telle nouvelle nouveauté en CSS/PHP/Python, je fais de la veille, j’essaye de trouver des contrats (le punk…),…) parallèlement à mon actualisation mensuelle.

Tous les mois depuis plus de 2 ans je déclare 0 euros de revenus (je schématise) .

Et je découvre donc peu de temps avant de vouloir faire un cadeau « extra » à ma fille de 3 ans que ce que j’envoie depuis un an (au moins ?) s’est « perdu ». Oui oui ce que j’envoie tous les mois à Pôle-emploi n’est pas mis en lien avec mon dossier. Je ne plaisante pas.
Et je ne fais que citer la personne débordée (sincèrement je la remercie d’avoir pris le temps de me recevoir et de voir ce qui clochait dans mon dossier) qui m’a reçu. Et que du coup, mon indemnisation était bloquée.

Visiblement bloquer une indemnisation à laquelle j’ai droit parce que j’ai fait ce que je devais en temps et en heure sans raison c’est plus important que d’assurer un suivi des chômeurs.

Bref j’ai essayé. Mais vraiment, ceux qui devaient m’aider : vous n’avez pas aidé.

Je pourrais vous en vouloir, mais là, j’ai d’autres soucis en tête.

Et en fait Députés, Président de la République, Faux-Maire du Puy, « experts » et « analystes » : je vous emmerde.

 

(Texte édité, le 29 décembre 2017, suite aux judicieuses remarques orthographiques et syntaxiques de Monsieur Stéphane Deschamps)

Un commentaire

  1. Sacrip'Anne · décembre 28

    C’est tellement injuste et absurde à la fois…

    J’espère que ton vent va tourner dans un sens meilleur très très vite. Ça n’empêchera pas la foutaise ambiante, mais ça sera déjà ça de mieux.